Big Pete Pearson & The Rhythm Room All-Stars – Docteur Blues Concert Review (France)

Big Pete Pearson & The Rhythm Room All-Stars

Docteur Blues – Concert Review

Big Pete Pearson in Paris

Rubrique : Chroniques de concert, Les concerts par SlimJo, le 18 novembre 2007

Du 6 au 8 novembre 2007, le Jazz Club Lionel Hampton, à l’hôtel méridien de la porte maillot accueillait pour la première fois le meilleur groupe de blues d’Arizona, Big Pete Pearson & the Rhythm Room All Stars comprenant notamment Bob Corritore et un invité exceptionnel Bob Margolin. Mieux vaut tard que jamais pour Big Pete Pearson, surnommé “Arizona king of the blues” dont la carrière semble enfin décoller en Europe alors qu’il est déjà âgé de 71 ans.

Pour cet événement, Bob Corritore et Big Pete Pearson sont venus accompagnés de leurs compagnes mais aussi de Dale Baich et Beth Lipham, les patrons de Blue Witch records, le label qui a sorti les deux cd de Big Pete Pearson “One more drink” (2001) puis “I’m here baby” (2007).

Si le premier CD est malheureusement passé inaperçu à l’époque, le second qui a fait suite à des programmations au festival de Rossano 2005 (Italie) et au Bay Car 2006 a reçu un excellent accueil de la presse et des radios spécialisées en France, d’où un certain engouement pour ces dates parisiennes qui ont précédé un passage au festival de Lucerne en Suisse. Le jazz club était en effet copieusement rempli, ce qui n’était pas évident pour des dates en milieu de semaine et on reconnaissait dans le public beaucoup de musiciens français et de représentants de la presse spécialisée.

Si, chaque soir, le répertoire était en grande partie renouvelé (surtout pour les morceaux d’introduction), chaque set suivait le même schéma, d’abord un instrumental mettant en vedette Bob Corritore et son harmonica, deux ou trois titres chantés par Chris James puis deux ou trois titres chantés par Bob Margolin avant l’arrivée sur scène de Big Pete Pearson. Le groupe est très homogène, on sent bien qu’ils jouent ensemble très régulièrement depuis des années. L’invité exceptionnel Bob Margolin, qui a remplacé Johnny Rapp (obligé de quitter le groupe pour raison de santé) s’est parfaitement fondu dans cette collectivité, restant le plus souvent en retrait derrière le guitariste habituel du groupe Chris James. Même s’il ne chante pas, Bob Corritore a été très présent durant ces trois soirées, chef d’orchestre, présentateur et bien sûr harmoniciste, alternant entre diatonique et chromatique. Le public a apprécié sa disponibilité, que ce soit avant ou après le concert, même à la pause, ce musicien passionné et passionnant a discuté avec une bonne partie du public. La section rythmique composée de Patrick Rynn à la basse et Brian Fahey à la batterie est excellente. Brian Fahey n’est pas ce que j’appelle un batteur frappeur; son jeu aux baguettes ou aux balais est tout en finesse et en swing, toujours au service des morceaux. Bob Margolin de son côté a largement rendu hommage à son ancien leader, Muddy Waters, reprenant chaque plusieurs de ses morceaux. Il reste une valeur référence en matière de slide guitare.

Bref, c’est dans les meilleures conditions que le vétéran Big Pete Pearson faisait son entrée sur la scène du méridien toujours vêtu d’un beau costume avec le chapeau assorti, blanc le mardi, noir le mercredi, rouge le jeudi. Son répertoire reste complètement ancré dans le Chicago blues traditionnel, comprenant beaucoup de shuffle et de slow blues. Big Pete Pearson est une sorte de force tranquille, un formidable chanteur à la voix caressante doublé d’un séducteur qui sait mettre le public dans sa poche. Chaque soir, il s’est autorisé un tour de la salle en chantant sans micro, faisant le tour des tables, s’arrêtant à droite et à gauche pour le plus grand plaisir des spectateurs. On sent encore chez lui beaucoup de fraicheur et d’enthousiasme, il a fait preuve d’une forme physique aussi éclatante qu’étonnante pour un chanteur de son âge, surtout avec 9h de décalage horaire. Big Pete Pearson & the Rhythm Room All Stars ont remporté un succès amplement mérité, on espère maintenant les revoir très prochainement en France, pourquoi pas cet été ?

Bob Corritore m’a confié vouloir organiser une tournée “Blue Witch records revue” avec Big Pete Pearson, Dave Riley et Tomcat Courtney (formidable chanteur de San Diego âgé de 78 ans dont le prochain CD devrait sortir en 2008 sur le label Blue Witch) accompagnés par le Rhythm Room All Stars. J’en rêve déjà, pourvu que ça se concrétise…

– Jocelyn Richez

Back to news articles index

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s